Débat démocratique autour des interrogations posées sur l’installation du nouveau compteur communiquant Linky

7 décembre 2016 à 20.30
MONLEZUN (proche de Marciac) à la salle des fêtes

De nombreuses informations circulent actuellement sur le compteur communiquant Linky. Elles sont souvent contradictoires, non vérifiées, voire erronées. Ce qui crée des polémiques.
Pouvons-nous faire la lumière sur ce sujet controversé ?

N’êtes-vous pas interpellés par le fait que certains pays comme l’Allemagne, l’Autriche rejettent ce programme pour les particuliers ?
N’êtes-vous pas interpellés par le fait qu’après de nombreuses réunions démocratiques, 284 communes dont certaines grandes villes (Bagnolet, Biarritz, Bondy, Caen, Melun….) refusent globalement ou permettent à leurs administrés, après délibération des conseils municipaux de refuser ces nouveaux compteurs d’ENEDIS ? (Cela représente plus de 1 000 000 de personnes).
RESPECT DE LA VIE PRIVEE
On nous parle d’ingérence, de respect ou non de la vie privée au sein des foyers : ces compteurs communiquant peuvent capter d’innombrables informations. Qu’en est-il réellement ? A quels desseins ? Allons  nous être sous surveillance ? Existe-t-il un risque de devenir des cibles commerciales ?
ECONOMIE
On nous parle d’une dépense minimale de 9 milliards d’euros (Figaro Economie 12/02/16), pour le compteur Linky, les antennes relais… Savez-vous que l’on va remplacer 35 millions de compteurs électriques en bon état de marche qui ont une durée de vie moyenne de 60 ans contre 20 ans pour les ces nouveaux appareils ? Quelle est la logique économique et qui va payer au final ? (Ne nous faisons pas trop d’illusions … ce sont bien toujours les consommateurs qui règlent ce genre de note.)
Savez-vous que l’on parle de quelques dizaines d’emplois crées dans notre région pour le retraitement des compteurs ? (Un projet de création d’une structure de démantèlement des anciens compteurs semble concerner Marciac…) Mais on parle aussi de 10 000 emplois d’agents releveurs supprimés définitivement sur l’ensemble du territoire.
SANTE
Qu’en est-il réellement de l’impact sur notre santé : du cumul entre les ondes générées par 300 000 capteurs relais installés sur tout le territoire et du courant porteur en ligne (CPL) au sein de nos habitations ? Comment expliquer que ENEDIS minimise les risques des hautes fréquences sur la santé alors que l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de L’environnement, et du Travail) met en garde depuis 2013 les pouvoirs publics et les parents sur une exposition permanente des enfants aux radiofréquences (Le Monde 8/07/16) déclarées possiblement cancérigènes par l’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) et le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer). De plus, depuis la promulgation de la loi n°2015-136 du 9/02/15, en France, le WIFI est interdit dans les crèches.
Devant de telles interrogations, il semblerait naturel, au nom du principe de précaution de réfléchir et de s’assurer objectivement de l’innocuité du système imposé. N’êtes-vous pas surpris que certaines compagnies d’assurances aient décidé de ne pas couvrir les risques liés aux dommages inhérents aux nouveaux compteurs tant au niveau des logements (risques d’incendie) que de la santé ?
Devant l’importance de l’enjeu qui concerne nos choix de vie, nous espérons être nombreux pour participer à ce débat.                                                    Groupe Info Linky 32

Écrire commentaire

Commentaires: 0